• Tout le monde parle d'amour...

    Mais savez vous vraiment se que l’amour est, se qu’il signifie et représente ?

    Quand je parle d’amour je ne prends pas en compte les coups de cœurs sans lendemain dans nos vies. Non … je parle de l’amour, le vrai. Celui qu’on a dans la peau, celui qui nos donne un coup d’adrénaline dans le cœur a chaque fois qu’on croise son regarde, ou lorsqu’on frôle sa main, celui sans lequel nous ne pouvons nous endormir le soir en lui dédiant notre dernière pensée de la journée ou encore la première du matin. Celui que dès que tes paupières sont fermées, alors son visage apparaît. C’est comme une drogue, c’est ma drogue. On m’avait prévenue. On m’avait dis qu’on ne pourrait s’arrêter. Mais j’y ai goûté, et maintenant je ne peux plus m’en passer…

    Sa voix, lorsqu’il te murmure ces secrets les plus protégés. Se timbre si grave et fort, mais si tendre à la fois. Ces paroles t’hypnotisent, te rassure.

    Ces yeux, se regarde, si… mystérieux. J’aime m’y plonger, m’y noyé. C’est tellement inexplicable. C’est tellement précieux, unique… c’est comme si des milliers d’étoiles y brillaient. Je passerai ma vie à les compter. Sans un bruit, sans une parole, le silence…

    Et puis sa peau, si douce. Je me rappellerai de son parfum. J’adore la caresser, et l’envelopper de mes baisers. Elle est si blanche, si pure. Comme la première tombée de neige de l’hiver. Immaculée perfection.

    J’aime ces baisers. Le temps autour de nous s’arrête, les minutes ou les secondes n’ont alors plus aucune importance. Dès lors je me sens transportée, ailleurs, plus rien n’existe sauf lui. Une bouffée d’adrénaline fait battre mon cœur encore plus vite et plus fort.
    C’est celui avec lequel tu peux être toi-même. Celui avec lequel tu peux ôter le masque que tu porte quotidiennement, celui avec qui tu peux enfin donner ton amour, sans avoir peur d’en souffrir. Celui a qui tu donne une confiance aveugle. Celui avec lequel tu n’as pas besoin de parler pour exprimer se que tu ressens. Celui devant lequel tu n’auras plus honte de pleurer et de te blottir dans ces bras. C’est celui a qui tu n’auras pas besoin de lui dire « Je t’aime » Parce qu’il comprendra et saura.

    Lui… c’est tout simplement mon oxygène, ma raison de vivre.

    Lui, c’est lui qui me rend réellement heureuse.

    Aimer c’est ne plus pouvoir vivre sans l’autre…


    Fée verte


    votre commentaire
  • j'avançais sans vraiment savoir ou j'allais,
    errant ainsi dans se couloir si sombre,
    ne prenant plus aucun plaisir a mettre un pied devant l'autre,
    chaque personne marchait,
    tête baissé dans cette noirceur intense,
    et nous nous sommes croisé,
    effleurant ta main je me suis retourné,
    dès lors j'ai noyé mon regarde dans le tien,
    le temps autour de nous s'arrêta.
    je voyais alors le bonheur tant recherché,
    ne voulant dès maintenant plus m'en séparé.
    maintenant c'est a toi de faire un choix,
    laisse moi encore rêver les yeux ouvert,
    ou laisse moi continuer ma route dans se long couloir...
    mais sache que peut importe ta décision je ne t'oublierai pas...
    et que je t'aime ...

                             fée verte

    2 commentaires
  • Tu es gravé dans mes pensées
    Comme un dessin indélébile
    Je veux t'oublier,
    Rêver a nouveau,
    Mais lorsque je ferme mes yeux c'est toi que je vois...
    J'aimerai que tu disparaisses...
    Ne jamais t'avoir connu...
    Car vivre sans toi,
    C'est comme essayer de vivre
    Avec un poignard dans le cœur...

    <o:p> </o:p>

    Fée Verte

    2 commentaires
  • prendre un couteau,
    pour s'entailler,
    faire couler du sang,
    exterminer tous ces sentiments
    que de la merde... 
    douleur immense,
    plaisir intense, 
    qui me fais penser a toi,
    a nous...
    ce que nous aurions pus être,
    mais, se que nous ne sommes pas,
    parce qu'il y a elle...

     

                              fée verte
     


    votre commentaire
  • Je t'aime et je t'ai perdu,
    J'avance dans la vie comme si on m'avait emputé un membre.
    J'essaye pourtant de me reconstruire
    Mais je trébuche plus facilement,
    Et désormais il est plus difficile pour moi de me relevé
    Aucune main ne se tend pour m'aider.
    Au nom de la rose aténue mes souffrances,
    Permet moi de m'en liberer de ces épines qui transpèrcent mon coeur,
    Laisse couler mon sang et liberer mon ésprit.
    Laisse moi partir la ou mon passé ne me rattrapera pas,
    Au nom de la rose sauve moi, je suis ma propre prisonnière... 

                                                fée verte
     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires